Une Nigériane expulsée d’un avion à cause de sa  »mauvaise odeur »

Une Nigériane expulsée d’un avion à cause de sa »mauvaise odeur »

Une Nigériane a intenté un procès contre United Airlines, estimant que la compagnie aérienne a fait preuve de discrimination raciale à son égard en l’expulsant de son vol à l’aéroport intercontinental Bush de Houston à la suite d’une plainte d’un passager l’accusant d’avoir une »mauvaise » odeur corporelle.


Le plainte pour discrimination déposée par Queen Obioma est dans un tribunal au Texas.

La plaignante a déclaré que ses enfants et elle avaient été injustement expulsés d’un vol en direction de San Francisco le 4 mars 2016, la deuxième étape d’un voyage de trois escales entre Lagos et l’Ontario, au Canada, où ses enfants vont à l’école.

Obioma se rendit aux toilettes avant le décollage et revint trouver un homme blanc qui l’empêchait d’accéder à son siège pendant plusieurs minutes. Un agent a tenté de résoudre le problème mais en vain. L’homme a catégoriquement refusé de la laisser rejoindre sa place.

>>> LIRE AUSSI : Un homme d’affaire ougandais porte plaine exigeant une indemnisation pour des dommage causés par des souris

La Nigériane explique qu’un membre du personnel de United, identifié comme Russel H., lui a ordonné de descendre de l’avion. Elle a été informée par un autre agent de United que le pilote lui avait demandé de sortir car l’homme causant des problèmes se plaignait de ne pas se sentir à l’aise à effectuer le vol avec elle.

Ébranlée, Obioma a fait retirer ses enfants du vol, et la famille a pris un autre vol cinq heures plus tard. Voyageuse fréquente du programme Star Alliance de United, Obioma a déclaré que la compagnie aérienne avait fait preuve de discrimination envers elle parce qu’elle était noire, africaine et nigériane.

United répondant à une enquête sur la question au Houston Chronicle a déclaré:

« Nous n’avons pas encore été informés de cette plainte et en raison du litige en instance impliqué dans cette affaire; nous sommes incapables de fournir d’autres commentaires ».

About Author

Éléments similaires (par tag)

  • Nigeria : Buhari revient au pays après un séjour sanitaire au Royaume-Uni

    Le chef de l‘État nigérian, Muhammadu Buhari est rentré ce vendredi d’un séjour sanitaire qui aura près de trois jours à Londres.

    « President is back ». Selon des médias locaux, le chef de l‘État nigérian est arrivé ce vendredi à Abuja. Muhammadu Buhari revenait de Londres où il s’est rendu le 8 mai dernier pour des raisons de santé.

    Mais, ce séjour tranche littéralement avec les anciens effectués à l‘étranger pour les raisons sanitaires. En effet, souffrant d’une maladie dont la nature n’a jamais été révélée, Buhari s‘était rendu le 7 mai à Londres pour ne rentrer que le 19 août 2017.

    >>> LIRE AUSSI : Paul Kagame fait fermer 6000 églises : un diplôme en théologie sera dorénavant exigé aux leaders religieux

    Et depuis son élection en 2015, Muhammadu Buhari se rend souvent au Royaume-Uni pour des raisons sanitaires. Des voyages qui n’ont toujours pas plu à des Nigérians qui ont souvent appelé à la démission du président.

    Âgé de 76 ans, cet ancien général des forces de défense nigérianes a été élu en mars 2015. Il avait promis entre autres, de mettre hors d‘état de nuire la secte islamiste Boko Haram dont les attaques et les attentats suicides ont déjà coûté la vie à plus de 20 000 personnes et causé le déplacement d’environ 2,6 millions de personnes depuis 2009.

    Si Muhammadu se félicite souvent des efforts fournis par la force publique dans la lutte contre Boko Haram (près de 1000 otages libérés récemment par l’armée), il entend briguer un second mandat consécutif lors de la présidentielle de 2019. Mais il faudra qu’il soit investi par son parti le All Progressives Congress (APC).

  • Nigeria : en grève, des agents de santé refusent de participer à la campagne de dépistage d'Ebola dans les aéroports

    Au Nigeria, des agents de santé refusent de participer à la campagne de dépistage de la fièvre hémorragique Ebola dans les aéroports à cause d’une grève qui dure déjà plus de 20 jours. Des observateurs dénoncent un « manque de patriotisme ».

    C’est un mot d’ordre lancé, il y a quelque trois semaines par le Joint Health Sector Unions (JOHESU), une coalition des syndicats des agents de santé. Ces syndicats réclament principalement l’amélioration des conditions de travail et de leurs situations salariales.

    Les négociations qui seraient en cours entre le gouvernement et les syndicats d’après des médias locaux tardent à accoucher d’un accord mutuellement satisfaisant. La grève poursuit donc son bonhomme de chemin dans plusieurs structures sanitaires du Nigeria.

    Or, cette grève intervient dans un contexte où la RDC est frappée par une épidémie d’Ebola qui a déjà fait 18 morts. Une neuvième épidémie depuis la découverte du virus en 1976, dans la ville de Yambuku, près de la rivière Ebola.

    >>> LIRE AUSSI : Nigeria : Buhari revient au pays après un séjour sanitaire au Royaume-Uni

    Et si les pays frontaliers comme le Congo, l’Angola, la Tanzanie, le Soudan du Sud, l’Ouganda et le Rwanda semble encore observer l‘évolution de la situation, l’heure est à la riposte dans certains pays bien qu‘éloignés de la RDC. C’est le cas du Nigeria qui, depuis le 9 mai, a pris la mesure selon laquelle toute personne en provenance de la RDC doit se soumettre à un contrôle sanitaire.

    Seulement voilà. Les agents de santé en grève n’entendent pas se mobiliser aux aéroports pour effectuer des tests sur les voyageurs. Une décision qui n’est pas du goût de certains Nigérians qui dénoncent le manque de patriotisme de la part du personnel sanitaire de leur pays. Ils redoutent que le pays soit vulnérable à des maladies venues de l‘étranger. « Il est regrettable que nos agents de santé disent qu’ils ne seront pas impliqués dans le dépistage Ebola dans les aéroports en raison de la grève. Cela signifie qu’en tant que nation, nous sommes très exposés aux maladies mortelles et c’est dangereux ! » , peut-on lire sur un tweet.

  • Nigeria : la population accuse les autorités d'être responsable de l'insécurité dans le pays

    Le 14 avril 2018 , cela faisait 4 ans que les 276 lycéennes de Chibok, on été enlevé dans l‘État de Borno, au nord-est du Nigeria, par Boko Haram.

    Aux côtés de plusieurs milliers de personnes, ces mères et pères ont participé à une marche jusqu‘à l‘école secondaire pour filles où 276 lycéennes avaient été enlevées dans la soirée du 14 avril 2014.

    Des groupes de la société civile, des défenseurs des droits, des membres de la communauté diplomatique et des parents des filles enlevées ont commémoré l‘évènement dans l‘État de Borno.

    ‘’ Cela fait quatre ans que je n’ai pas vu ma fille.) Je pensais qu’ils les ramèneraient l’année dernière, mais ils ne l’ont pas fait.C’est très traumatisant, j’espère encore que peut-être avant l’année prochaine, je verrai cela’‘, a déclaré Saratu Dauda, mère d’une fille de lycéenne enlevée.

    Pour certains, l‘élite politique nigériane doit être tenue responsable de l’insécurité et de la corruption dans le pays.

    Naj ‘atu Bala-Muhammed, ancien membre du sénat du Nigeria estime que “l‘élite politique de ce pays n’a rien fait d’autre que de tirer profit de cette pauvreté, de cette mauvaise éducation de la majorité des Nigérians.”

    De son côté, Oby Ezekwesili, co-fondatrice de Transparency International, une organisation internationale se consacrant à la lutte contre la corruption des gouvernements et institutions gouvernementales, affirme que “ceux qui cherchent à faire de la politique d’exclusion dans ce pays ne sont souvent pas exclus quand ils se réunissent sur l’autel de la corruption. Ils parlent une même langue qu’on appelle le mauvais leadership et la mauvaise gouvernance.”

    Selon des défenseurs des droits de l’homme, les jeunes filles sont aujourd’hui constamment menacée au Nigeria. Elles sont soient exploitée par la société, soient kidnappée par des terroristes ou violée par des hommes incultes.

    Pour TundE Bakare, Ancien Candidat au poste de vice – président au Nigeria “il y a quelque chose qui ne tourne pas rond quand une nation est attaquée à deux reprises sans jamais se soucier de la sécurité et surtout celle des jeunes filles.) c’est extrêmement mauvais quand les jeunes filles deviennent un instrument de négociation entre le gouvernement et les terroristes. ‘’.

    Le gouvernement de Muhammadu Buhari a promis de s’attaquer à tout ce qui menace la sécurité nationale avant les élections générales de 2019.

Les dernières actualités

Une Nigériane expulsée d’un avion à cause de sa  »mauvaise odeur »

Une Nigériane expulsée d’un avion à cause de sa »mauvaise odeur »

Une Nigériane a intenté un procès contre United Airlines, estimant que la compag...

Elle accepte de se faire violer pour sauver la vie de son époux

Elle accepte de se faire violer pour sauver la vie de son époux

Le pasteur ghanéen, Nicholas Duncan-Williams a raconté une histoire déchirante d...

Il refuse d’accorder de l’intimité à son colocataire, et publie les photos sur Facebook

Il refuse d’accorder de l’intimité à son colocataire, et publie les photos sur Facebook

Un jeune homme sud-africain est devenu populaire sur la toile pour une raison tr...

Gambie : l'ex-président Jammeh mis en cause dans le meurtre de dizaines de migrants

Gambie : l'ex-président Jammeh mis en cause dans le meurtre de dizaines de migrants

Plus de cinquante migrants originaires du Ghana et d’autres pays d’Afrique de l’...

Afrique du Sud : le violeur en série condamné à plus de 254 ans de prison

Afrique du Sud : le violeur en série condamné à plus de 254 ans de prison

Reconnu coupable de plusieurs cas de viols et de violences graves, un Sud-Africa...

Jérusalem/Gaza : réunion "extraordinaire" au Caire des ministres arabes des Affaires étrangères

Jérusalem/Gaza : réunion "extraordinaire" au Caire des ministres arabes des Affaires étrangères

Les ministres arabes des Affaires étrangères tiennent jeudi au Caire une réunion...

Un homme d’affaire ougandais porte plaine exigeant une indemnisation pour des dommage causés par des souris

Un homme d’affaire ougandais porte plaine exigeant une indemnisation pour des dommage causés par des souris

Un Ougandais a fait un cirque au poste de police central de Kotido, alors qu’il...

Après un seul rendez-vous, la femme lui envoie 65.000 SMS !

Après un seul rendez-vous, la femme lui envoie 65.000 SMS !

Vous allez à un premier rendez-vous, les choses se passent bien, vous n’avez qu’...

Ouganda : la taxe sur la Bible et le Coran agace les religieux

Ouganda : la taxe sur la Bible et le Coran agace les religieux

Le gouvernement vient de rétablir la taxe sur l’importation des documents religi...

Cameroun anglophone : l'armée admet des violences contre un séparatiste

Cameroun anglophone : l'armée admet des violences contre un séparatiste

Des militaires camerounais ont “malmené et ligoté” un présumé leader séparatiste...

Algérie : 2e événement public pour le président Bouteflika en un mois

Algérie : 2e événement public pour le président Bouteflika en un mois

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a fait une nouvelle apparition publiq...

RDC : la liste des partis politiques fait débat

RDC : la liste des partis politiques fait débat

En République démocratique du Congo 599 partis politiques et 77 groupements poli...