vendredi 21 septembre 2018
Nouveau renvoi du procès de Michel Gbagbo

Nouveau renvoi du procès de Michel Gbagbo Spécial

Le procès de Michel Gbagbo, le fils de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, pour “divulgation de fausses nouvelles” qui devait s’ouvrir vendredi à Abidjan, a de nouveau été reporté à “une date ultérieure”, a annoncé son avocat.

“L’audience de ce jour, la procédure correctionnelle contre Michel Gbagbo et Laurent Despas a été renvoyée à une date ultérieure en raison de la prise tardive de l’ordonnance de vacation qui organise le programme des audiences”, a expliqué à l’AFP l’avocat de l’inculpé, Me Ange Rodrigue Dadjé.

Michel Gbagbo est poursuivi en même temps que le journaliste français Laurent Despas, directeur général du site d’information Koaci.com, selon M. Dadjé

Ce procès annoncé à la mi-juin, avait été reporté à deux reprises, en raison d’un accord entre les avocats de M. Gbagbo et le parquet.

Les deux hommes avaient été inculpés le 26 mai 2016 mais laissés en liberté, par le procureur d’Abidjan, Richard Adou, à la suite d’une interview accordée par le fils Gbagbo à Koaci.com, publiée le 2 mai.

Dans cet entretien, Michel Gbagbo déclarait qu’“à la date du 30 mars 2016, 250 personnes étaient encore détenues dans les prisons” ivoiriennes et que “300 personnes (…) inculpées et placées sous mandat de dépôt depuis 2011 sont portées disparues”.

“Le parquet informe qu’il n’a été saisi d’aucun cas de disparition d’inculpés de la crise postélectorale”, avait réagi M. Adou, critiquant les déclarations “sans fondement et mensongères” de Michel Gbagbo.

L’ONG Reporters sans frontières (RSF) a demandé l“arrêt des poursuites contre le journaliste” Michel Gbagbo “qui n’a fait que rapporter les propos d’un homme politique”.

Dans un communiqué, RSF rappelle “à la justice ivoirienne qu’il existe une loi sur la presse qui doit s’appliquer en cas de délits commis par voie de presse” tout en déplorant “qu’elle soit régulièrement ignorée au profit du Code pénal”.

Michel Gbagbo, fils de l’ex-président Gbagbo issu d’un premier mariage avec une Française, avait été condamné le 10 mars 2015 à cinq ans d’emprisonnement pour “attentat à la sûreté de l’Etat”, sans toutefs être écroué.

Simone Gbagbo, épouse de l’ancien président Laurent Gbagbo, purge elle une peine de 20 ans dans cette même affaire, après avoir été jugée pour son rôle dans la crise causée par le refus de son mari de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle de novembre 2010.

Laurent Gbagbo est écroué depuis la fin 2011 à La Haye, où il est jugé par la Cour pénale internationale pour “crimes contre l’humanité” présumés commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3.000 morts en Côte d’Ivoire.

AFP

About Author

Éléments similaires (par tag)

  • La Côte d'Ivoire promet 450 Casques bleus au Mali

    La Côte d’Ivoire souhaite accroître sa participation au contingent des casques bleus au Mali.

    Lors de la visite du président malien Ibrahim Boubacar Keita à Abidjan, son homologue ivoirien Alassane Ouattara a indiqué que son pays était disposé à envoyer 450 soldats supplémentaires pour assurer le maintien de la paix sur le théâtre malien.

    “Nous avons parlé des questions sécuritaires, et nous avons un contingent et nous avons saisi les Nations Unies et également le président du Mali pour que la Côte d’Ivoire puisse accroître sa contribution à la MINUSMA”, a indiqué le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara.

    L’annonce de la Côte d’Ivoire intervient deux semaines après que le ministre ivoirien des Affaires étrangères Marcel Amon Tanoh a fait savoir la volonté de son pays d’envoyer 450 autres casques bleus en République centrafricaine.

    >>> LIRE AUSSI : Nigeria : la population accuse les autorités d'être responsable de l'insécurité dans le pays

    Au cours de la conférence de presse avec le président ivoirien, Ibrahim Boubacar Kéita a laissé entendre qu’il comptait se présenter à la présidentielle du 29 juillet prochain.

    “Je souhaite que les élections de juillet 2018 viennent dans les meilleurs conditions. En ce qui concerne le gouvernement du Mali, nous avons mission, vocation à faire en sorte qu’elles soient les plus transparentes possibles, et nous nous sommes attelés à cela. Nous avons commencé à le faire. Notre fichier a été audité. Le fichier et il semble que les experts commis par l’OIF l’ait réputé fiable”, a dit le président malien.

    L’annonce du renforcement du contingent ivoirien au Mali voisin devrait permettre d’améliorer la sécurité sur un théâtre où les tensions n’ont cessé de monter ces dernières semaines notamment dans la région de Menaka, dans le nord-est du pays.

  • 5 ans de prison pour le violeur d’une fillette de 4 ans

    Kassi Kra Amadou, alias Hamed comparaissant, mercredi, devant le tribunal correctionnel de Tiassalé, pour répondre des faits d’attentat à la pudeur consommé avec violence sur une fillette de quatre ans, a écopé de cinq ans de prison ferme.


    A la suite de l’instruction du dossier à la barre, il a été reconnu coupable des faits qui lui ont été reprochés. En répression, le juge l’a condamné à cinq ans de prison ferme et à 500 000 francs CFA d’amende. Il devra payer à sortie de prison la somme de 100 000 francs CFA au titre des dommages et intérêts aux parents de sa victime.

    Les faits se sont déroulés dans le village de Brou-Brou, dans le département de Tiassalé. En effet, le 8 avril, le chef de famille, Taba Komenan, sort de la cour familiale en laissant derrière lui sa fille et son protégé Kassi Kra Amadou, dont il est le tuteur depuis 12 ans. Le soir venu, sa femme constate que leur fille se plaint de douleurs au bas ventre au moment de son bain. Les parents inquiets l’accompagnent au centre de santé rural du village.

    Le sang présent dans son appareil génital oblige la sage-femme à la référer à l’hôpital général de Tiassalé. Ici, les conclusions du gynécologue révèlent que la fillette a été victime d’un viol. Tous les regards sont portés sur Kra Kassi, qui est resté avec elle le jour des faits.

    Interrogé au village, il reconnaît avoir eu des attouchements avec la fillette. Il est interpellé le 16 avril par les éléments de la brigade départementale de gendarmerie de Tiassalé, puis mis à la disposition du parquet le 18 avril.

    Au niveau de l’enquête préliminaire, il reconnaît sans difficultés les faits. Cependant, le 29 avril dernier, lors de sa première comparution il nie tout en bloc, en l’absence des parents de la victime. Mais les témoignages des deux parents de la victime et le feu des questions des juges ont eu raison de lui. Il a fini par craquer et a avoué son forfait tout en demandant « pardon « .

    Le président du tribunal n’a pas suivi le procureur qui, dans son réquisitoire, avait requis 10 ans de prison ferme et un million de francs CFA d’amende. Il a écopé de cinq ans de prison ferme.

  • Un mariage se termine dans la violence à la mairie

    Scandale à la mairie de Toumodi : Un mariage civil se termine dans la violence Un scandale s’est produit le samedi 14 avril 2018, à l’hôtel de ville de Toumodi, où un mariage civil s’est achevé dans la violence. De quoi s’agit-il ?

    A en croire les informations de sources proches du dossier, l’officier de l’Etat civil, désigné à cet effet, s’apprêtait à rendre officielle l’union par les liens sacrés du mariage entre un employé de la Direction régionale des Sports et loisirs de Toumodi, et sa dulcinée. Mais contre toute attente, une autre dame débarque contre dans les locaux de la mairie et fait opposition à ce mariage. Mais qui est en fait cette dernière ?
     
    Toujours selon nos sources, il s’agit d’une concubine de l’employé, venue d’Abidjan où elle réside. Il nous revient que le concubin avait demandé à celle-ci de rester à Abidjan, le temps de se faire une meilleure santé financière, lui permettant de réunir sa famille au grand complet, à Toumodi. Mais avant qu’il en soit ainsi, la nature ayant horreur du vide, selon un célèbre adage, l’homme prend attache avec une autre dame.

    Et, de jour en jour, les liens entre les deux personnes s’intensifient et débouchent sur ce qu’il y a de solide pour un couple, à savoir le mariage civil. Et c’est la date du samedi 14 avril 2018 qui a été retenue. Un mariage à quatre, parce qu’il faut faire en sorte que la moindre information ne parvienne pas à la concubine restée à Abidjan. Malgré toutes ces dispositions prises, il y a eu, comme toujours, fuite de l’information. La concubine informée, a dû prendre toutes les dispositions afin d’être à la mairie au moment fatidique.

    Une fois à la mairie, elle fonce tout droit à l’intérieur où on s’apprêtait à sceller l’union entre son homme et une autre dame. Et comme on pouvait se l’imaginer, l’invitée surprise du jour réussira, par un scandale dont les femmes ont le secret, à faire ajourner le mariage, conformément à la législation en vigueur, car dès lors qu’il y a opposition, la cérémonie de mariage ne peut se poursuivre.

    Mais dans la foulée, la pauvre femme tombera lourdement sur la nuque, parce que violemment poussée par un des proches du marié, qui tenait certainement à ce que la cérémonie soit validée. C’est visiblement mal en point qu’elle a été conduite de toute urgence à l’hôpital, pour recevoir des soins. Informés de cette situation, les éléments de la police arrivent promptement sur le lieu. Conduites un peu plus tard au commissariat, les parties en présence ont été entendues sur procès verbal, afin que la lumière soit faite sur cette affaire qui alimente les conversations à Toumodi, mais aussi dans les autres localités ivoiriennes.

Les dernières actualités

Réunion à Lomé sur le marché unique africain du transport aérien

Réunion à Lomé sur le marché unique africain du transport aérien

Le président togolais, Faure Gnassingbé, a ouvert lundi à Lomé, la quatrième Réu...

Le Togo victime du changement climatique selon le préfet du Zio

Le Togo victime du changement climatique selon le préfet du Zio

Après avoir rencontré les acteurs des régions centrale, Kara, Savanes et Plateau...

Une Nigériane expulsée d’un avion à cause de sa  »mauvaise odeur »

Une Nigériane expulsée d’un avion à cause de sa »mauvaise odeur »

Une Nigériane a intenté un procès contre United Airlines, estimant que la compag...

Elle accepte de se faire violer pour sauver la vie de son époux

Elle accepte de se faire violer pour sauver la vie de son époux

Le pasteur ghanéen, Nicholas Duncan-Williams a raconté une histoire déchirante d...

Il refuse d’accorder de l’intimité à son colocataire, et publie les photos sur Facebook

Il refuse d’accorder de l’intimité à son colocataire, et publie les photos sur Facebook

Un jeune homme sud-africain est devenu populaire sur la toile pour une raison tr...

Gambie : l'ex-président Jammeh mis en cause dans le meurtre de dizaines de migrants

Gambie : l'ex-président Jammeh mis en cause dans le meurtre de dizaines de migrants

Plus de cinquante migrants originaires du Ghana et d’autres pays d’Afrique de l’...

Afrique du Sud : le violeur en série condamné à plus de 254 ans de prison

Afrique du Sud : le violeur en série condamné à plus de 254 ans de prison

Reconnu coupable de plusieurs cas de viols et de violences graves, un Sud-Africa...

Jérusalem/Gaza : réunion "extraordinaire" au Caire des ministres arabes des Affaires étrangères

Jérusalem/Gaza : réunion "extraordinaire" au Caire des ministres arabes des Affaires étrangères

Les ministres arabes des Affaires étrangères tiennent jeudi au Caire une réunion...

Un homme d’affaire ougandais porte plaine exigeant une indemnisation pour des dommage causés par des souris

Un homme d’affaire ougandais porte plaine exigeant une indemnisation pour des dommage causés par des souris

Un Ougandais a fait un cirque au poste de police central de Kotido, alors qu’il...

Après un seul rendez-vous, la femme lui envoie 65.000 SMS !

Après un seul rendez-vous, la femme lui envoie 65.000 SMS !

Vous allez à un premier rendez-vous, les choses se passent bien, vous n’avez qu’...

Ouganda : la taxe sur la Bible et le Coran agace les religieux

Ouganda : la taxe sur la Bible et le Coran agace les religieux

Le gouvernement vient de rétablir la taxe sur l’importation des documents religi...

Cameroun anglophone : l'armée admet des violences contre un séparatiste

Cameroun anglophone : l'armée admet des violences contre un séparatiste

Des militaires camerounais ont “malmené et ligoté” un présumé leader séparatiste...