vendredi 21 septembre 2018
Le Gabon supprime les visas Le Gabon supprime les visas AFP

Le Gabon supprime les visas pour les ressortissants d'Afrique centrale Spécial

Le Gabon a entériné jeudi la suppression des visas pour les ressortissants de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac), en concordance avec l’accord conclu en 2013 sur la libre circulation en Afrique centrale, ont annoncé les autorités vendredi.

Les ressortissants de la zone Cémac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Guinée équatoriale et Tchad) ne sont “plus soumis à l’obligation du visa d’entrée au Gabon pour tout séjour ne dépassant pas trois mois”, selon une circulaire qui a pris effet le 19 octobre. La mesure vise à “concilier la nécessité de libre circulation et l’exigence sécuritaire”.

Le pays de 1,8 million d’habitants, attire depuis des décennies de nombreux immigrants, notamment d’Afrique de l’Ouest (Nigeria, Bénin), dont beaucoup sont en situation irrégulière.

Les six membres de la Cémac étaient parvenus en 2013 à un accord sur la libre circulation. Mais l’accord n’a jamais été appliqué en raison du refus de la Guinée équatoriale et – jusqu’alors – du Gabon, deux pays pétroliers peu peuplés et relativement prospères qui craignaient notamment une immigration massive et non contrôlée.

La Guinée équatoriale avait réitéré mi-août son refus de l’accord de libre circulation, sauf pour les détenteurs de “passeports diplomatiques, officiels et de service”.

Le Gabon annonce également qu’“un régime spécial dérogatoire est accordé aux ressortissants des pays du G20 et à ceux du Conseil de coopération du Golfe (CCG) désireux de se rendre au Gabon”, afin de “renforcer l’attractivité du pays et son ouverture d’avantage à l’investissement direct étranger”, selon un communiqué du ministère de l’Intérieur daté de jeudi.

La Centrafrique a “matérialisé” le 13 octobre l’accord de libre circulation entre les pays de la Cémac.

Début août, le Tchad avait accepté de supprimer l’obligation de visa pour les ressortissants de la Cémac.

Fondée en juin 2000 à Malabo, la Cémac réunit des pays aux revenus très différents et peine à mettre en œuvre des mécanismes d’intégration économique et monétaire.

AFP

About Author

Éléments similaires (par tag)

  • Une famille gabonaise exige 25 millions à un blanc pour la dot de leur fille

    C’est ce qu’on appelle au Cameroun, avoir son Mougou ou encore en Côte d’Ivoire » son Gaou Une famille Librevilloise a bien trouvé son idiot de Blanc à qui elle a fait payer 25 millions de francs Cfa pour demander la main de leur fille. Fou amoureux de sa Gabonaise, le Mougou Blanc a payé sans rechigner.


    Dans certains pays d’Afrique centrale, les familles ont compris que leurs filles étaient devenues des marchandises précieuses pouvant générer une richesse à court et long terme. A court terme à la Dot et à long terme dans le mariage avec des sollicitudes permanentes d’aide au beau fils.


    Jean Marc L’oiseau, un citoyen Français qui est tombé dans le piège de Nathalie N via les réseaux sociaux vient de débourser 25 millions de francs CFA pour sa Dot. Sa belle-famille lui a déplumé en dehors de cette somme, par une liste de Dot exorbitante dans laquelle, on pouvait noter : Ceintures en cuir Dolce Gabanna, Costume de marque Italienne, Bijoux en or, 5 maillots du Barça etc.

    C’est sur Facebook que Jean Marc L’oiseau a connu Nathalie six mois plutôt avant que celle-ci depuis son Gabon natal exige d’être honorée. Une proposition à laquelle le Français n’oppose aucune objection avant de faire le voyage de Libreville. Des heures nocturnes de conversations vidéo par Skype ont fait craquer Jean Marc qui voulait enfin profiter de ce joli corps Africain qui le faisait jouir à distance.

    Le pauvre Blanc se rendra bien compte un jour que l’amour auquel il croit et a investi tant d’argent n’est qu’une mise en scène pour lui soutirer des sous.

  • Gabon : Deux chefs de village détenteurs de fantômes sèment la mort

    Le village Bilengui dans le département de l’Ogoulou (Mimongo) est en ébullition. Deux auxiliaires de commandement, Jean-Hilaire Nzamba et Daniel Mayanzi sont accusés de détenir des ditengous (fantômes) qui créent sans cesse la désolation au sein des familles. Des témoignages accablants soutiennent leur implication directe dans les cas de morts et faits suspects dans le village.


    Jean-Hilaire Nzamba et Daniel Mayanzi, chef de regroupement et chef du village Bilengui, une bourgade non loin de Mimongo, située à un peu plus de 71 km de la capitale provinciale de la Ngounié, sont accusés de nombreux actes de sorcellerie qui sévissent au milieu des habitants.

    Surréalistes de prime abord, les accusations ont été soutenues par les témoignages d’individus proches des deux présumés sorciers, détenteurs fantômes. Ainsi au cours d’une dispute, en présence de Pascal Mimogho, chef de village également, les deux suspects s’accusaient mutuellement de faits de sorcellerie.

    C’est par le quotidien L’Unionque les accusations glaçantes de Jean-Hilaire Nzamba à son confrère Mayanzi, ont été relayées. «Il faut retirer ton fantôme qui sème la mort et la désolation dans les familles», aurait lancé de but en blanc, Nzamba, avant de se couvrir, indiquant que son fantôme, à lui, «rapporté de Ndendé» n’est là que pour «la sécurité de sa famille et non pour faire du mal». Sans s’en rendre compte Nzamba venait d’affirmer que lui et son compère détiennent des ditengous.

    Ce n’est donc pas à tort que habitants du village Bilengui les pensent coupables de faits et morts étranges. Pour eux, Arnaud Houpenga a été victime de la sorcellerie de Daniel Mayanzi, lorsqu’il perdait de façon mystérieuse ses cheveux. Et pour cause, le vieil homme «n’avait cessé de le prendre en grippe, se signalant par des remontrances à n’en plus finir», rapporteL’Union.

    Plus mystérieux encore, la mort d’un garçon de 12 ans, d’une simple chute, de laquelle il s’est jamais relevé. Mais alors que certains accusaient les jeunes camarades du défunt, le quotidienL’Unionfait tout de même remarquer que «d’aucuns ont soutenu que c’est la main d’un fantôme qui aurait agi en prenant l’aspect d’un camarade de jeu du défunt», même si cela paraît peu réaliste à l’entendement de plusieurs.

    Interpellés puis interrogés le 19 avril dernier, par la gendarmerie de Mouila, les chefs du village vont tout nier. Leur silence leur vaudra d’être remis en liberté deux jours plus tard. Mais de retour à Bilengui, l’épouse de Nzamba va sortir du silence, sous la pression des gendarmes. Et alors qu’elle a interdiction formelle d’y mettre pieds, cette dernière va conduire les agents à l’arrière de la maison, où Nzamba dissimule ses «gris-gris» que constituent «le cubitus d’un membre de sa famille et une bouteille enfouis dans le sol» révèle la même source.

    Acculé, le chef de regroupement va passer aux aveux. Il a finalement avoué être responsable de la disparition mystique de 8 personnes qu’il a pris le soin de nommer. Un coup dur, on imaginé pour les familles des victimes qui découvrent enfin la vérité sur la disparition des leurs.

  • Prostitution / Gabon : L’imam était mon meilleur client

    A Libreville au Gabon, une prostituée a confié avoir comme meilleur client un imam officiant à la mosquée d’Okala. Cette révélation a été faite lors d’un débat dans son quartier sur l’exemplarité des pasteurs et imams. La prostituée a fait taire le musulman par cette affirmation.
     
    Un imam de la mosquée d’Okala à Libreville au Gabon serait le meilleur client d’une prostituée locale. Lors d’un débat dans son quartier avec des jeunes musulmans que le comportement incivique dont font montrés certains pasteurs, la jeune prostituée a coupé court en affirmant que nul n’était exempt de l’incivisme.

    Et face à l’insistance des musulmans sur l’éthique des imams, elle a déclaré avoir pour meilleur client un imam de la mosquée d’Okala. Un imam qui paraît-il, la visite quatre fois dans la semaine et serait non seulement très bon payeur, mais ennemi du préservatif.

    La jeune prostituée, pour ajouter un peu de piment à sa confidence, a affirmé que l’imam la visite même les vendredis, jour de la grande prière pour les musulmans. Une révélation qui a refroidit ses interlocuteurs musulmans qui s’en prenaient aux pasteurs évangéliques.

    Le nom de Dieu est devenu un juteux fonds de commerce en Afrique où, les victimes sont les naïfs croyant, et les bénéficiaires les imams et pasteurs. Malgré le dévouement des africains pour les religions, la méchanceté, la jalousie, la pauvreté et autres défauts sont toujours compagnons des Noirs, alors qu’en Europe, les blancs qui ne sont pas si accro à la religion progressent.

    i24WebNews