Intense activité du volcan mais pas de risque d'éruption

Intense activité du volcan mais pas de risque d'éruption Spécial

Une intense activité volcanique a été observée depuis mardi à Goma, ville de l’est de la République démocratique du Congo, située dans la zone d’activités du célèbre volcan Nyiragongo, selon des spécialistes qui excluent pour l’heure un risque d‘éruption.

“Les volcans Nyiragongo et Nyamulagira ont connu une intense activité dans leurs cratères respectifs” mardi et mercredi, indique un communiqué de l’OVG, Observatoire volcanique de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu.

“Cette activité évolue vers la baisse jusqu‘à ce matin de vendredi”, selon le communiqué, ajoutant que “les différentes équipes des scientifiques de l’OVG suivent de près cette situation aussi bien sur le terrain qu’au laboratoire”.

Le niveau d’alerte est au jaune, “la population doit continuer à vaquer paisiblement à ses occupations”.

“C’est une activité exceptionnelle. Toute l’activité est concentrée dans le cratère de Nyiragongo”, un des volcans les plus actifs et dangereux d’Afrique, a déclaré à l’AFPCélestin Kasereka, directeur scientifique de OVG.

A l’intérieur du volcan, la lave coule d’un petit col apparu récemment vers le grand puits, a-t-il expliqué :“Il n’y a pas d’inquiétude sur le flanc du volcan, il n’y a pas de fumerolle”.

Des rumeurs sur une éventuelle éruption volcanique circulaient sur les réseaux sociaux et dans Goma, ville régulièrement en proie à des éruptions du Nyiragongo qui la surplombe, située à une vingtaine de kilomètres au nord.

Le 3 juillet, plus d’un millier de personnes ont participé à un exercice d‘évacuation en cas d‘éruption volcanique à Goma.

La dernière éruption de Nyiragongo, haut de plus de 3.000 mètres, remonte au 17 janvier 2002. Elle avait causé la mort de plus d’une centaine de personnes, couvrant de lave quasiment toute la partie Est de Goma, y compris la moitié de la piste de l’aéroport de la ville.

L‘éruption la plus meurtrière a eu lieu en 1977 avec plus de 600 morts.

About Author

Éléments similaires (par tag)

  • RDC : la liste des partis politiques fait débat

    En République démocratique du Congo 599 partis politiques et 77 groupements politiques jouissent d’une reconnaissance officielle.

    Ces entités sont donc autorisées à fonctionner dans ce pays continent et de facto à présenter des candidats lors de la présidentielle du 23 décembre.

    La publication de cette liste n’est pas sans susciter des réactions hostiles. Et pour cause, sur celle-ci figurent par exemple 4 partis politiques portant le nom de l’Union pour la démocratie et le progrès social UDPS, la principale formation de l’opposition congolaise.

    >>> LIRE AUSSI : En République du Congo, l'Église et l'épouse du Gl Mokoko tancent le gouvernement

    Deux de ces 4 formations ont le même siège et le même arrêté ministériel. Il s’agit de l’UDPS version Félix Tshikedi et l’aile incarnée par l’actuel Premier ministre Bruno Tshibala. Le pouvoir semble avoir décidé de renvoyer dos à dos ces deux acteurs qui se disputent l’utilisation de cette dénomination.

    Une bataille qui n’est pas pour déplaire au pouvoir à quelques mois de la présidentielle. L’association congolaise pour l’accès à la justice y voit une manœuvre du régime de Kinshasa de créer la confusion dans les esprits des électeurs. Pour L’ACAJ, ce flou pourrait provoquer des ds violences lors de la présidentielle.

  • Elle se marie avec deux hommes différents en six mois

    C’est la conséquence directe de ce qu’on appelle dans le milieu Congolais « Libala ya commission » qui consiste à épouser une fille par recommandation. Le plus souvent dans ces cas celui ou celle qui en fait la recommandation à la famille vit en Occident. C’est le cas de M K qui a vu comment son épouse Jolie a quitté le foyer conjugal au Canada pour convoyer en noces avec un autre homme en Norvège.
     
    « Nous, les Congolais sommes unique ». A déclaré un ami du couple ayant eu vent de cette histoire. Jolie O, une jeune Kinoise ayant rejoint il y’ a moins d’une année son « fiancé à commission » au Canada au prix d’un voyage coûteux, a jeté l’éponge afin de retrouver son petit ami de toujours installé en Norvège.

    Les deux se sont dit oui au mépris de la loi occidentale pénalisant la bigamie. Non sans avoir divorcé légalement de son premier mariage au Canada, la jeune Kinoise s’est laissé emporter par l’amour, estimant que la législation norvégienne était dans l’impossibilité d’être au courant de son acte.

    Son premier époux M K, qui a dépensé d’énormes sommes d’argent pour la faire venir au Canada n’a que ses yeux pour pleurer, et sa bouche pour se plaindre auprès de sa famille ayant choisi Jolie O, jugée très sérieuse à l’époque.

  • Marches réprimées en RDC : trois ONG quittent la commission mixte d'enquête

    Trois ONG ont annoncé hier leur départ de la commission chargée de faire la lumière sur la répression des manifestations des laïcs catholiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018. Le non-respect de plusieurs recommandations serait à l’origine de cette décision.

    L’information a été donnée par la radio Okapi, une chaîne de la Mission des Nations unies en RDC (MONUSCO). Il s’agit de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), l’Association “les Amis de Nelson Mandela pour la défense des droits humains” (ANMDH) et la Voix des sans voix (VSV).

    Pour ces organisations de la société civile, plus question de travailler au sein de la Commission d’enquête mixte sur les évènements du 31 décembre 2017 et 21 janvier 2018 (CEM-3121). Une commission créée pour mettre au jour toutes les zones d’ombre qui entourent les violations des droits de l’homme lors des répressions des marches initiées par le Comité Laïc de Coordination (CLC) le 31 décembre 2017 et le 21 janvier dernier pour réclamer entre autres l’application de l’accord de la Saint-Sylvestre et le départ de Joseph Kabila.

    Or, lors de sa création, plusieurs recommandations avaient été formulées pour mener à bien les enquêtes. Parmi ces recommandations, la levée de l’interdiction des réunions et des manifestations à quelques mois des échéances électorales, ainsi que la libération des manifestants arrêtés les 31 décembre et 21 janvier.

    Malheureusement, déplorent ces ONG, « rien n’a été fait », selon l’expression de Georges Kampiaba, président de l’ACAJ qui dénonce aussi l’absence de prise en charge des blessés par balles lors des répressions policières. Toute la journée d’hier, pas de réaction du côté du gouvernement ni des autres institutions membres de l’organe.

    Mise en place le 1er février dernier, la CEM-3121 regroupe des délégués du ministère congolais des Droits humains, du ministère de la Justice, de la Commission nationale des Droits de l’homme (CNDH), de la société civile, du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH) et du Bureau de liaison de l’Union africaine (UA).