Sierra Leone : enseignement primaire et secondaire gratuit

Sierra Leone : enseignement primaire et secondaire gratuit Spécial

Le président de Sierra Leone, Julius Maada Bio, a annoncé jeudi que l’enseignement primaire et secondaire serait désormais gratuit pour les Sierraléonais à partir de septembre prochain, une promesse faite pendant sa campagne électorale pour la présidentielle.

Le chef de l’Etat a tenu ces propos pendant l’ouverture de la session du 5e Parlement de la 2e République. Il a aussi présenté son programme de développement au peuple de Sierra Leone.

Plusieurs décisions de justice ont empêché la participation au Parlement de 16 élus d’opposition et de deux élus du parti de M. Bio, le SLPP.

L'éducation gratuite sera introduite en septembre 2018 pour toutes les écoles primaires et secondaires afin d'améliorer l'accès à l'éducation

La Cour suprême n’a toujours pas fait connaître la date de sa décision sur le recours du candidat malheureux face à M. Bio le 31 mars, Samura Kamara, décision qui devrait intervenir début mai.

Le vote du Parlement mercredi sur la présidence de l’institution, qui compte 132 députés élus au scrutin législatif du 7 mars, simultanément au premier tour de la présidentielle, et 14 chefs traditionnels, s‘était déroulé dans des conditions houleuses.

>>> LIRE AUSSI : Paul Kagame fait fermer 6000 églises : un diplôme en théologie sera dorénavant exigé aux leaders religieux

Le Parlement de la Cédéao est intervenu pour résoudre le problème du Parlement et autoriser les élus d’oposition à reprendre leurs sièges cette semaine.

“L‘éducation gratuite sera introduite en septembre 2018 pour toutes les écoles primaires et secondaires afin d’améliorer l’accès à l‘éducation”, a lancé le président Bio, salué par de très nombreux applaudissements.

Le chef de l’Etat a également annoncé que les crédits pour l’enseignement atteindraient 20 % du budget par an alors qu’il était auparavant de 11%.

La moitié de la population âgée de plus de 15 ans est analphabète dans ce petit pays, ancienne colonie britannique, selon un rapport de l’Unesco de 2015.

Le pays est l’un des plus pauvres du monde, en dépit de la présence de gisements de minérais et de diamants. Il récupère de la guerre et l‘épidémie d’Ebola qui a tué 4.000 personnes en 2014-2016.

AFP

About Author

Éléments similaires (par tag)

  • Présidentielle en Sierra Leone : le candidat malheureux conteste les résultats

    Le candidat malheureux à l‘élection présidentielle en Sierra Leone, Samura Kamara, a saisi la Cour suprême pour contester la victoire de Julius Maada Bio, qu’il avait pourtant félicité la semaine dernière, a appris jeudi l’AFP de sources concordantes.

    “Nous en avons été officiellement notifiés hier (mercredi) soir”, a déclaré à l’AFP Albert Massaquoi, porte-parole de la Commission électorale nationale (NEC), visée par ce recours de même que le président Bio. “Cela fait partie du processus démocratique”, a ajouté M. Massaquoi.

    Dans son recours, consulté par l’AFP, M. Kamara et deux dirigeants son parti reprochent à la NEC d’avoir proclamé le 4 avril la victoire de M. Bio sans tenir compte d’irrégularités observées selon eux lors du second tour, le 31 mars.

    Ils demandent en conséquence à la Cour suprême “d’ordonner l’exclusion du décompte des bureaux de vote où s’est produit un bourrage d’urnes” et d’invalider l’annonce de la victoire de Julius Maada Bio, qui a prêté serment deux heures plus tard.

    La date de la décision de la Cour suprême n‘était pas connue dans l’immédiat.

    Le soir de la proclamation des résultats, M. Kamara avait exprimé l’intention de les contester en justice. Mais il avait ensuite félicité M. Bio le 7 avril lors d’une visite à son domicile avec une délégation de son parti. Les deux hommes s‘étaient serré la main et donné l’accolade devant les caméras.

    Les missions d’observateurs présentes lors des élections ont généralement salué le bon déroulement du scrutin et M. Bio a reçu les félicitations de la plupart des dirigeants internationaux.

    Une cérémonie officielle d’intronisation du nouveau président est prévue samedi à Freetown.

    AFP

  • Sierra Leone: Julius Maada Bio remporte la présidentielle

    Le candidat du principal parti de l'opposition a été officiellement proclamé vainqueur de l'élection présidentielle. Cet ancien militaire de 53 ans a remporté 51,81% des voix, contre 48,19% pour Samura Kamara, candidat du parti au pouvoir, a annoncé en milieu de soirée le président de la Commission électorale nationale, Mohamed Conteh.

    Freetown va enfin pouvoir respirer. La Commission électorale vient d'annoncer les résultats : Julius Maada Bio remporte le scrutin avec 51,81% des voix, quand son rival Samura Kamara n'obtient que 48,19%. Les Sierra-Léonais se sont massivement mobilisés, avec un taux de participation de 81,1%.

     

    Des célébrations ont aussitôt démarré dans la ville. Le moment de l'alternance a, semble-t-il, sonné, après dix ans de pouvoir de l'APC. Le président Ernest Bai Koroma quitte son poste après ses deux mandats constitutionnels.

    C'est aussi un retour pour l'ancien militaire, qui a brièvement goûté au pouvoir en 1996, pendant la guerre civile. Deux heures seulement après avoir été déclaré vainqueur par la commission électorale, Julius Maada Bio a prêté serment dans un grand hôtel de Freetown. « Je suis président pour tous les Sierra Léonais », a-t-il déclaré.

    Julius Maada Bio revient donc aux commandes après un scrutin serré. A l’issue du second tour, cet ancien militaire ne devançait que de 15 000 voix son adversaire Samura Kamara, le candidat du parti au pouvoir. Un parti dont l’un des membres a saisi la haute cour de justice, retardant de quatre jours la tenue du second tour.

    L’APC a contesté le mode de compilation des résultats, avant de signer un accord sous la médiation des observateurs de la communauté internationale. L'APC a aujourd'hui sept jours pour contester les résultats de l'élection devant la Cour suprême.

    Reste à connaître la marge de manœuvre dont dispose le nouveau président. Il devra gouverner avec une Assemblée nationale largement dominée par l’opposition. Une première en Sierra Leone.

    Les observateurs internationaux unanimement salué le bon déroulement du scrutin, malgré quelques incidents parfois violents comme l’agression de deux journalistes le jour du vote.

  • A la rencontre des six principaux candidats à la présidentielle sierra-léonaise

    Environ 3,1 millions d‘électeurs sont attendus dans les urnes dans le cadre des élections générales en Sierra Leone le 7 mars. À plus d’une semaine de ces échéances, Africanews vous emmène à la rencontre des six principaux candidats présidentiels, dans le cadre d’une couverture spéciale de ces élections sur notre site.

    Samura Mathew Wilson Kamara, le porte-étendard de l’APC (parti au pouvoir)

    Pour conserver les rênes du pouvoir après la décennie d’Ernest Baï Koroma – le président sortant -, le parti au pouvoir mise ses chances sur Samura Mathew Wilson Kamara.

    À 66 ans, le candidat, économiste de formation, est loin d’être un novice en politique. Précédemment ministre des Finances et gouverneur de la Banque centrale, le chef de la diplomatie sierra-léonaise a été sélectionné parmi 26 prétendants lors du congrès du parti en octobre dernier.

    L’ancien chef de la diplomatie sierra-leonaise jouit dans son pays d’une forte image de technocrate qui a fait de lui le fer de lance du premier mandat du président Koroma. Sous sa mandature aux ministères des Finances (2009 – 2012) et des Affaires étrangères (2012-2017), le pays a réussi à réduire sa dette et tisser d’importantes relations à l’international. Toutefois, sa réputation pourrait pâtir de ses liens avec le parti au pouvoir, accusé de corruption et de négligence dans la réponse au virus Ebola.

    Julius Maada Bio, l’ancien chef de junte (SLPP, principal parti d’opposition)

    En Sierra Leone, Julius Maada Bio est nom bien connu pour deux raisons. La première, c’est que l’ancien général aujourd’hui âgé de 53 ans est l’ex-chef d’une junte militaire qui a dirigé le pays du 16 janvier au 29 mars 1996. Après avoir pris sa retraite, il s’est retiré aux Etats-Unis où il y a suivi des études en Affaires internationales à l’American University de Washington DC.

    De retour au pays, il intègre en 2005 la formation de l’opposition SLPP et tente de battre dans les urnes le président Ernest Baï Koroma, en 2012. Certes crédité de 37 % des voix, il termine en deuxième position, mais ne parvient pas à atteindre le second tour.

    Cette année, son parti compte jouer sur le programme anti-corruption de son parti et de la baisse dans les sondages du parti au pouvoir pour s’offrir la présidence.

    Kandeh Yumkella, le trouble-fête

    Si jusqu’ici la politique sierra-léonaise était traditionnellement dominée par l’APC et le SLPP, l‘émergence de la Grande coalition nationale et de son charismatique candidat Kandeh Yumkella pourrait changer la donne.

    Dissident du parti d’opposition SLPP, cet agronome de 58 ans est une figure connue des organisations internationales. Il a notamment occupé un poste de directeur général à l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) durant deux mandats. Il a également servi en tant que président de l‘énergie de l’ONU et en tant que représentant spécial du secrétaire général pour l‘énergie durable.

    Réputé politicien chevronné dans son pays, il est également remarqué pour discours limpide et fort accrocheur, dont il tire probablement la source de ses nombreuses années de conférencier, en particulier dans le domaine de la réduction de la pauvreté et du changement climatique.

    Mohamed Kamaraimba Mansaray, le défenseur de la cause des pauvres

    La pauvreté, il en a fait son affaire. Leader du Parti démocratique de l’Alliance, Mohamed Mansaray promet de “construire un système de classe moyenne en Sierra Leone et faire de [notre] pays une nation dont tout le monde sera fier”.

    Également dissident du parti au pouvoir depuis 2014, il est devenu un critique virulent du régime de son ancien compagnon de route Ernest Baï Koroma. Mais jusqu’ici, la politique ne lui a pas encore souri. En 2015 et 2016, il a échoué à se faire élire dans deux différentes circonscriptions, d’ailleurs remportées par ses rivaux de l’APC.

    Dans le monde des affaires, toutefois, il rencontre un franc succès. À son retour d’exil des Etats-Unis, il s’est engagé dans le business des services à la personne, entre autres, les assurances et l’expédition de colis. Des expériences qu’il compte mettre au profit de son pays.

    Samuel Sam-Sumana de la Coalition pour le changement (C4C)

    Jusqu’en mars 2015, Samuel Sam-Sumana était le vice-président de la Sierra Leone et un membre du parti au pouvoir, l’APC. Mais les relations avec le parti au pouvoir se sont diluées lorsqu’il a été accusé d’abandon de poste. Limogé du parti, il le fut également de son poste de vice-président.

    Son limogeage, critiqué par l’opposition et la société civile a par ailleurs été condamné par le tribunal de la CEDEAO basé à Abuja, qui l’a qualifié “d’anticonstitutionnel”. La Cour ouest-africaine a du reste condamné le gouvernement à lui verser des dommages et intérêts.

    En 2007, lorsqu’il retourne en Sierra Leone après plusieurs années d’exil, il s’investit dans l’exploitation des minéraux, notamment du diamant. Une compétence acquise à l’issue de ses études à la Metropolitan State University du Minnesota, où il a également développé des aptitudes dans la gestion des systèmes d’information.

    Musa Tarawally, le cheval de course du Parti démocratique des citoyens (CDP)

    Après avoir servi dans les deux principaux partis politiques du pays, difficile de dire que Musa Tarawally s’aventure en terrain inconnu. L’homme d’affaires de 51 ans a d’abord été un ancien leader de la jeunesse du SLPP avant de faire chemin avec le parti au pouvoir. Il a du reste occupé les postes de ministre de l’Intérieur et de ministre des Terres, sous la bannière de l’APC.

    Toutefois, en 2015, il a été débarqué de son poste de ministre des Terres après des soupçons de corruption, avant d‘être gardé à vue en 2016. Mais selon le candidat, cette détention couvait des motivations politiques, car elle coïncidait avec sa déclaration de candidature à la présidence.

    Les dix autres candidats à la présidence en Sierra Leone

    • Bah Mohamed : (Alliance démocratique nationale, NDA)
    • O’Dwyer Patrick John : Démocrates progressistes nationaux, NPD
    • Sandy Jonathan Patrick : Parti de l’unité nationale et de la réconciliation, NURP
    • Conteh Kandeh Baba : Parti de la paix et de la libération, PLP
    • Margai Charles Francis : Mouvement des peuples pour le changement démocratique, PMDC
    • Williams Bresford Victor : Parti de l’indépendance nationale de la République, ReiNIP
    • Ngobeh Gbandi Jemba : Front révolutionnaire uni, RUFP
    • Sowa Turay Mohamed : Mouvement Démocratique Uni, UDM
    • Kabuta Henry Saa : Parti populaire national uni, UNPP
    • Claudius-Cole Josephine Olufemi : Parti de l’unité, UP

Les dernières actualités

Une Nigériane expulsée d’un avion à cause de sa  »mauvaise odeur »

Une Nigériane expulsée d’un avion à cause de sa »mauvaise odeur »

Une Nigériane a intenté un procès contre United Airlines, estimant que la compag...

Elle accepte de se faire violer pour sauver la vie de son époux

Elle accepte de se faire violer pour sauver la vie de son époux

Le pasteur ghanéen, Nicholas Duncan-Williams a raconté une histoire déchirante d...

Il refuse d’accorder de l’intimité à son colocataire, et publie les photos sur Facebook

Il refuse d’accorder de l’intimité à son colocataire, et publie les photos sur Facebook

Un jeune homme sud-africain est devenu populaire sur la toile pour une raison tr...

Gambie : l'ex-président Jammeh mis en cause dans le meurtre de dizaines de migrants

Gambie : l'ex-président Jammeh mis en cause dans le meurtre de dizaines de migrants

Plus de cinquante migrants originaires du Ghana et d’autres pays d’Afrique de l’...

Afrique du Sud : le violeur en série condamné à plus de 254 ans de prison

Afrique du Sud : le violeur en série condamné à plus de 254 ans de prison

Reconnu coupable de plusieurs cas de viols et de violences graves, un Sud-Africa...

Jérusalem/Gaza : réunion "extraordinaire" au Caire des ministres arabes des Affaires étrangères

Jérusalem/Gaza : réunion "extraordinaire" au Caire des ministres arabes des Affaires étrangères

Les ministres arabes des Affaires étrangères tiennent jeudi au Caire une réunion...

Un homme d’affaire ougandais porte plaine exigeant une indemnisation pour des dommage causés par des souris

Un homme d’affaire ougandais porte plaine exigeant une indemnisation pour des dommage causés par des souris

Un Ougandais a fait un cirque au poste de police central de Kotido, alors qu’il...

Après un seul rendez-vous, la femme lui envoie 65.000 SMS !

Après un seul rendez-vous, la femme lui envoie 65.000 SMS !

Vous allez à un premier rendez-vous, les choses se passent bien, vous n’avez qu’...

Ouganda : la taxe sur la Bible et le Coran agace les religieux

Ouganda : la taxe sur la Bible et le Coran agace les religieux

Le gouvernement vient de rétablir la taxe sur l’importation des documents religi...

Cameroun anglophone : l'armée admet des violences contre un séparatiste

Cameroun anglophone : l'armée admet des violences contre un séparatiste

Des militaires camerounais ont “malmené et ligoté” un présumé leader séparatiste...

Algérie : 2e événement public pour le président Bouteflika en un mois

Algérie : 2e événement public pour le président Bouteflika en un mois

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a fait une nouvelle apparition publiq...

RDC : la liste des partis politiques fait débat

RDC : la liste des partis politiques fait débat

En République démocratique du Congo 599 partis politiques et 77 groupements poli...