Un jeune homme sud-africain est devenu populaire sur la toile pour une raison très drôle.


A l’école ou même quand deux célibataires partagent une chambre, ça fait partie du code type (ne demandez pas où il est écrit) qu’un colocataire quitte la chambre ou bien les locaux quand l’autre colocataire ramène une fille à la maison.

Cependant, un jeune sud-africain colocataire a violé ce »code » en refusant de quitter la chambre pendant que son ami avec qui il partage la chambre était avec sa copine, et pire, il a même pris des photos des deux amants au lit.

>>> LIRE AUSSI : Elle accepte de se faire violer pour sauver la vie de son époux

Partageant la photo sur son Facebook, il a écrit:

Mon compagnon de chambre vient de rentrer avec sa petite amie. Ils sont là à me regarder pendant 4 heures. Ils pensent que je vais aller dehors pour leur donner de l’intimité. Je ne peux pas supporter le mal. En aucune façon! Laissez-moi même commencer à sélectionner mes films.

Insolite: Il refuse d'accorder de l'intimité à son colocataire, et publie les photos

Si vous étiez son colocataire, que feriez-vous?

Publié dans Insolite

Reconnu coupable de plusieurs cas de viols et de violences graves, un Sud-Africain a écopé de lourdes peines, allant jusqu‘à deux siècles de réclusion.

À seulement 26 ans, Shadrack Xidada Chauke risque de finir ses jours en prison. C’est que, à cet âge, le jeune Sud-Africain s’est illustré de fort mauvaise manière : viols en série, tentatives de meurtre, vol, enlèvement, agression… La liste est longue.

Ce mardi, lors du verdict de son procès prononcé à la Haute Cour du Sud Gauteng, il a écopé de 25 peines d’emprisonnement à vie pour 23 chefs de viols et deux tentatives de meurtre, auxquelles s’ajoutent 254 ans de prison supplémentaires pour tentative de meurtre, agression avec intention de causer des blessures graves, vol et enlèvement. Une nouvelle que la police du district a accueillie avec beaucoup de satisfaction.

>>> LIRE AUSSI : Algérie : 2e événement public pour le président Bouteflika en un mois

Pour la police, arrêter un suspect est un succès. Mais une condamnation à la cour et plusieurs condamnations à perpétuité, c'est davantage de succès

2015, fin de parcours

Entre 2012 et 2014, en effet, l’accusé a donné du fil à retordre aux forces de sécurité dans les régions de Tembisa, Ivory Park et Kempton. Selon les rapports de la police, son modus operandi consistait à pénétrer par effraction dans les maisons des victimes et à les violer, souvent sous le regard impuissant de leurs partenaires. Quand ceux-ci tentaient de s’interposer, il les agressait.

Mais dès décembre 2015, Shadrack Xidada Chauke a été repéré par une de ses victimes de viol, trois mois après l’incident. Arrêté, l’accusé a été soumis à des tests médico-légaux qui l’ont lié à 17 autres cas précédemment reportés à la police.

“Cette condamnation, aujourd’hui, contribuera grandement à encourager nos membres à continuer d’accorder la priorité aux enquêtes sur les cas de femmes, d’enfants et d’autres groupes vulnérables. Pour la police, arrêter un suspect est un succès. Mais une condamnation à la cour et plusieurs condamnations à perpétuité, c’est davantage de succès”, s’est réjoui le porte-parole de la police, le capitaine Mavela Masondo.

Publié dans Faits Divers

Affiche de prestige pour marquer les festivités du centenaire de Nelson Mandela en Afrique du Sud. Le FC Barcelone se rendra au pays de l’icône anti-apartheid où il affrontera les champions en titre de football.

D’un côté les Mamaledi Sandowns, champions d’Afrique du Sud, de l’autre le FC Barcelone, champion d’Espagne, réunis sur une même pelouse en l’honneur de l’icône anti-apartheid Nelson Mandela.

C’est cette affiche qu’il sera donné de voir ce mercredi 16 mai – anniversaire de naissance de Nelson Mandela -, au stade FNB, autrefois connu sous le nom de Soccer City, à Johannesburg. Ce match de gala s’inscrit dans le cadre des célébrations du centième anniversaire de naissance de Nelson Mandela, déroulées sur toute l’année 2018.

>>> LIRE AUSSI : Congo : le général Mokoko condamné à 20 ans de prison

Sur son site internet, le FC Barcelone rappelle le caractère également symbolique de cette rencontre pour l’Espagne. C’est en effet dans l’enceinte du stade FNB que le légendaire Blaugrana Andrés Iniesta avait inscrit pour l’Espagne l’unique but de la finale face aux Pays-Bas.

Ce n’est pas la première fois que le Barça se rend dans l’antre des Mamelodi Sundowns. En 2007, déjà, le club avait été invité pour un match amical soldé par un score de (2-1) à son avantage. À l‘époque, il se murmurait que Patrice Motsepe, le milliardaire propriétaire de Sundowns a déboursé 1 million de dollars pour s’offrir les champions d’Espagne.

Jusque-là, le magnat de l’exploitation minière et beau-frère du président sud-africain Cyril Ramaphosa n’a pas voulu répondre aux spéculations sur les investissements financiers consentis. L’une des clauses du contrat serait toutefois la présence effective sur le terrain de stars du Barça comme Lionel Messi ou encore Luis Suarez.

Publié dans Sports

Un Sud-Africain de 38 ans a été arrêté et accusé de tentative de meurtre après avoir jeté son bébé de six mois depuis le toit de sa maison.
 
La petite fille a été sauvée par un policier qui s’est précipité pour l’attraper avant qu’elle ne tombe. Ce dernier aurait commis cet acte pour empêcher la démolition d’un township illégal de Kwadwesi.

Selon Daily Mail, la police avait été appelée en renfort pour faire face à une cinquantaine de manifestants qui protestaient contre la destruction des logements.

Une fois le calme rétabli, il est monté sur le toit de sa maison, avec son bébé en main. Il a menacé de tuer sa fille si les démolisseurs ne rebroussaient pas chemin. Ayant échoué dans leur négociation, un policier est monté sur le toit pour l’empêcher de commettre cette folie.

Son intervention n’aurait pas porté fruit, et l’individu a lâché la petite. Mais heureusement, il y avait déjà des policiers postés au pied de la maison. La petite a été rendue à sa mère saine et sauve.

Le capitaine André Beetge, porte-parole de la police, a confirmé qu’il avait été arrêté et accusé de tentative de meurtre. Les internautes choqués par un tel comportement ont exprimé leur indignation.

WebNews

Publié dans Insolite

Si avec huit médailles d’or dont deux au relais 4×100 mètres, son nom est déjà inscrit dans le Panthéon des grands sprinters que l’Humanité ait connus, Usain Bolt met désormais un point d’honneur à féliciter les nouveaux génies de la discipline.

Dans un tweet, le sprinter jamaïcain ne s’est pas empêché de féliciter vivement les athlètes sud-africains présents aux Jeux du Commonwealth. Le cas d’Akani Simbine qui a décroché hier la médaille d’or au 100 mètres devant son compatriote Henricho Bruintjies (10“17) et surtout le grand favori de l‘épreuve, le Jamaïcain, Yohan Blake (10“19).

Plus de 6 000 acteurs issus de 70 pays, rivalisent d’ardeur dans la conurbation de Gold Coast à l’est de l’Australie dans le cadre de la 21è édition des Jeux Commonwealth qui se déroule du 4 au 15 avril à Gold Coast.

Comme très souvent, cette fête regroupe en grande partie des athlètes des pays de l’ancien Empire britannique.

Publié dans Athlétisme

Auteur d’une biographie de Nelson Mandela (Payot et Rivages, 1994), Jean Guiloineau est écrivain et traducteur de métier. Après avoir traduit Nadine Gordimer, André Brink, Breyten Breytenbach, il a travaillé sur Les lettres de prison de Nelson Mandela (Robert Laffont) dont la parution est prévue pour juillet prochain, à l’occasion du centenaire de Madiba. En tant que biographe de l'illustre libérateur de l’Afrique du Sud, il a suivi de près ses démêlés politiques et sentimentaux avec son ex-épouse Winnie Madikizela-Mandela, décédée lundi le 1er avril, à 81 ans.

RFI : Il y a quelque chose de shakespearien dans le personnage à la fois flamboyant et fragile de Winnie Mandela qui vient de disparaître. Vous qui venez de traduire Les Lettres de prison de Nelson Mandela qui parlent beaucoup d’elle, que retenez-vous de l’ancienne épouse de Madiba ?

Jean Guiloineau : Non, Winnie Mandela n’était pas Lady Macbeth, qui personnifie pour moi l’esprit du mal. Difficile de la penser ainsi, car même si par son comportement, elle a pu gêner l’action de son ex-mari, ce n’est pas elle qui fut à l’origine de la radicalisation de Nelson Mandela. J’en veux pour preuve la création de la branche armée de l’ANC, Umkhonto we Sizwe, ou « la lance de la nation », au début des années 1960. Mama Winnie n’y était pour rien. Moi, ce que je retiens d’elle, c’est la phrase du journaliste du quotidien Le Monde qui écrivait récemment, en évoquant la célèbre scène de la sortie de prison de Mandela en 1990, main dans la main avec son épouse que « celui-ci connaissait à peine ».

Le couple s’était connu en 1957 ou 1958. Mandela raconte dans son autobiographie qu’il l’a vue devant l’hôpital à Soweto, cette très belle jeune fille, qu’il a voulu immédiatement connaître. Selon Winnie, ils se seraient rencontrés chez Olivier Tambo. Elle était une amie de son épouse. Toujours est-il qu’ils se sont mariés très vite, dès 1958. Elle était alors enceinte de trois mois. Mais, dès 1959, Mandela est entré dans la clandestinité. Il passait la voir de temps en temps, lors des rendez-vous secrets. Et puis, en 1962, il est parti pendant six mois à l’étranger, à Londres, après avoir fait le tour de l’Afrique.

A son retour, il est arrêté le 5 août 1962, et ne sortira de prison que vingt-sept ans après. Si vous faites le calcul, vous verrez qu’ils n’ont véritablement vécu ensemble qu’un an, un an et demi, deux ans au maximum. Ce qui explique la réponse bouleversante que Mandela a faite à un journaliste le surlendemain de sa sortie de prison qui lui demandait quel fut son plus grand choc en redécouvrant le monde après avoir vécu vingt-sept ans derrière les barreaux. Mandela lui avait répondu que son plus grand choc fut de se retrouver avec sa femme dans la chambre à coucher de leur maison à Soweto, le premier soir. Ils étaient devenus deux étrangers.

Les hommages qui pleuvent depuis la mort de Winnie Mandela rappellent l’esprit de défiance et de résistance de cette grande dame qu’on avait surnommée « mère de la nation ». Il n’en reste pas moins qu’elle a été une personnalité plutôt controversée.

Parler de controverses, c’est oublier la dureté de la vie qu’elle a connue dans l’Afrique du Sud sous l’apartheid, après l’emprisonnement de son mari. En même temps, je dois dire que le Congrès national africain (ANC) était un peu responsable de la situation dans laquelle elle s’est retrouvée. A un moment de la lutte contre l’apartheid, à la fin des années 1970, les dirigeants de l’ANC ont voulu personnaliser la lutte. Pendant les manifestations, sur les banderoles, il y avait une vieille photo de Nelson Mandela et sa photo à elle. Quand je vois ces banderoles, je dis toujours qu’on avait mis sur les épaules de Winnie le grand manteau de Nelson. C’est ainsi qu’est née d’ailleurs la légende de la « mère de la nation ».

C’était un rôle un peu trop grand pour elle, qui était encore une jeune mère de famille, sans convictions politiques réelles. Certes, elle se réclamait déjà d’extrême gauche et elle était pour la lutte armée jusqu’au bout, mais elle aurait eu du mal à construire un discours politique cohérent. On la comparait continuellement à Nelson Mandela, qui était un personnage hors du commun, qui avait déjà réfléchi sur l’avenir de l’Afrique du Sud et qui avait surtout une pensée politique structurée. Tout cela a joué en la défaveur de la jeune Winnie Mandela.

Dans les lettres qu’il écrit de la prison, qui seront publiées prochainement, que dit Nelson Mandela à son épouse ou à propos d’elle ?

Dans les lettres envoyées à Winnie, il y a d’abord beaucoup de tendresse. Il n’a pas oublié la relation qu’il y avait entre eux, même s’il est sans doute au courant déjà des rumeurs sur les nombreux amants qu’elle semblait collectionner. Cela ne l’empêche pas de la soutenir dans ses différentes épreuves. Il savait qu’elle était harcelée par la police, par les informateurs. Il envoie des lettres aux autorités, notamment au ministre de la Justice du régime pour demander qu’on autorise un homme de la famille de Winnie de venir vivre à Soweto avec elle pour la protéger.

Il demande qu’on lui donne un permis de port d’armes, parce qu’elle est agressée continuellement par des gens qui sont mal identifiés, mais qui sont manifestement de petits malfrats à la solde de la police. On crève les pneus de sa voiture, on casse les vitres de la maison en tapant à la fenêtre la nuit. Le très grand souci de Nelson Mandela, c’est le problème de l’éducation de ses deux filles. C’est un sujet qui revient régulièrement dans les courriers à Winnie. Il y a toutes ces choses dans les lettres de Nelson Mandela. Il essaie de la soutenir, de la protéger, de protéger les enfants, avec toutefois le sentiment croissant d’une très grande impuissance. Il est en prison. Il ne peut rien faire, à part écrire des lettres !

Dans les années 1970, la situation dans le pays change, avec Soweto au cœur des turbulences politiques. N’est-ce pas un peu grâce à Winnie Mandela qui leur rend visite que les prisonniers de Robben Island parviennent à rester informés ?

Sauf que ces visites ne sont pas très fréquentes. C’est loin en voiture. Et quand Winnie arrache l’autorisation de venir rendre visite à son mari, le couple n’a que 40 minutes pour se dire tout ce qu’ils ont à se dire. Trop peu, trop frustrant ! Mandela réclame ce qu’on appelle des « visites de contact ». Mari et femme peuvent être dans la même pièce et se parler directement, se toucher. Ce sont des visites qui durent deux heures, le temps qu’il faut, écrit Mandela dans ses lettres, pour parler des problèmes de famille, de l’éducation des deux filles. Mais les autorités refusent obstinément.

Parallèlement, il y a du nouveau dans les années 1970, avec l’arrivée à Robben Island de jeunes prisonniers. Ces jeunes ont une attitude très différente à l’égard des autorités. Par exemple, ils n’enlèvent plus leurs casquettes quand ils s’adressent à leurs geôliers. C’est le signe que les choses sont en train de changer à l’extérieur. Winnie est en phase avec ces jeunes, avec la montée de la révolte parmi la jeunesse noire de Soweto qui ne supportait plus cette vie tronquée que leur proposait le régime ségrégationniste. Ils vont payer un lourd tribut, car la répression sera sanglante, comme on le sait.

Mandela et ses compagnons, enfermés dans leur prison de haute sécurité, sont en décalage par rapport à ce mouvement de fond qui se lève dans le pays. Pendant un temps, Winnie va jouer son rôle d’intermédiaire entre les deux générations, d’autant que, dans le parti, la base a besoin d’avoir des nouvelles de leurs leaders, d’obtenir des instructions sur la conduite à tenir face à un gouvernement de plus en plus déterminé.

En 1990, Mandela est libéré et très vite les négociations sont lancées pour décider du partage du pouvoir entre majorité noire et minorité blanche. Un an plus tard, un tribunal sud-africain déclare Winnie Mandela coupable de complicité dans l’affaire des jeunes hommes tués à Soweto par sa garde rapprochée. Est-ce que cette affaire va déstabiliser Mandela ?

On l’a oublié aujourd’hui, mais quand les négociations ont démarré, les Blancs sud-africains appréhendaient énormément les résultats des négociations. Dans leurs rêves les plus fous, ils n’auraient pu imaginer le modus vivendi sans grand bouleversement que Mandela a réussi à obtenir. Ils faisaient donc tout pour ralentir les négociations basées sur le principe donnant-donnant. Or, chaque fois que Mandela réussissait à obtenir un compromis, les tribunaux ou la presse afrikaner sortaient un scandale lié à Winnie, pour limiter la marge de manœuvre de la communauté noire. C’est à mon avis l’une des raisons qui va pousser Mandela à accélérer le processus de sa séparation avec Winnie de sorte que le camp d’en face ne puisse instrumentaliser les inconduites de sa femme pour le mettre en difficulté.

Le divorce surviendra en 1996…

Ils vivaient séparément depuis déjà quatre ans. Mandela voulait une séparation à l’amiable. Winnie l’a acceptée. Cette séparation était autant sentimentale que politique. Winnie Mandela qui était proche de la sensibilité de la frange de l’extrême gauche du parti n’a eu de cesse de critiquer son illustre mari pour l’accord historique passé avec les Blancs pour mettre fin à la ségrégation. Les trente ans de prison de Nelson Mandela l’avaient aussi éloigné sentimentalement de son époux. Ils ont payé tous les deux un très lourd tribut à l’Histoire. Leur amour est sans doute l’une des plus grandes victimes de l’apartheid.

 

Source : RFI

Publié dans Faits Divers

Le chef de l’opposition de gauche radicale Julius Malema a lancé dimanche sa campagne pour les élections de 2019 et affiché ses ambitions présidentielles en prenant avec virulence ses distances avec l’Alliance démocratique, ex-partenaire de coalition de son parti à la tête de grandes villes d’Afrique du Sud.

Le chef des Combattants pour la liberté économique (EFF, gauche radicale), a lors d’un rassemblement à Johannesburg, confirmé qu’il tenterait d‘évincer le maire de Port Elizabeth dont l’administration a été soutenue par EFF depuis les élections de 2016.

Le maire de cette ville de la côte sud, Athol Trollip, est membre de l’Alliance démocratique (DA), principal parti d’opposition qui a gouverné Port Elizabeth ainsi que Johannesburg et Pretoria avec le soutien du parti EFF de M. Malema.

Ramaphosa doit faire ce qu'il convient de faire. Cela nous est égal qu'il soit un milliardaire, nous voulons qu'il fasse ce qu'il faut faire

Mais depuis la démission en février du président Jacob Zuma, qui a été longtemps la cible des critiques belliqueuses de M. Malema, le parti EFF s’en prend à l’Alliance démocratique, l’accusant d‘être un parti raciste qui défend les interêts des blancs.

“Tous les blancs qui votent pour DA, qui sont furieux à propos de ce que nous allons réaliser à Port Elizabeth … Vous tous, vous pouvez aller en enfer, vous êtes le cadet de nos soucis. Nous ne nous soucions pas des sentiments des blancs”, a-t-il lancé, sous les applaudissements de la foule. “Nous ne haïssons pas les blancs, nous aimons simplement les noirs”, a-t-il ajouté.

M. Malema a tenté de renouer avec le Congrès national africain (ANC) au pouvoir depuis l’accession au pouvoir du nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa qui a succédé à Jacob Zuma.

“Ramaphosa doit faire ce qu’il convient de faire. Cela nous est égal qu’il soit un milliardaire, nous voulons qu’il fasse ce qu’il faut faire”, a poursuivi M. Malema.

Le parti des Combattants pour la Liberté économique, fondé en 2013 par M. Malema lorqu’il a été expulsé de l’ANC en même temps que plusieurs alliés, est le troisième parti pour ce qui concerne le nombre de députés à l’Assemblée nationale.

D’accord avec l’ANC sur la redistribution des terres

Dans son discours, M. Malema a salué la résolution de l’ANC pour une réforme de la Constitution afin d’autoriser la redistribution des terres agricoles, détenues principalement par des blancs, au profit de la majorité noire. “Nous n‘écouterons aucun Britannique, nous n‘écouterons pas le parlement européen, nous n‘écouterons pas l’ONU, nous écouterons le peuple d’Afrique du Sud”, a lancé M. Malema, qui a défendu cette motion adoptée à une large majorité fin février par le parlement.

Il faisait allusion à une lettre envoyée mardi par la députée du parti britannique populiste UKIP Janice Atkinson au ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson appelant le gouvernement à se saisir de ce sujet de la redistribution des terres agricoles en Afrique du Sud.

M. Malema a également exhorté les sympathisants des EFF à s’inscrire sur les listes électorales, affirmant que s’ils ne le faisaient pas, ils sont des “criminels”.

AFP

Publié dans Politique

Les dernières actualités

Une Nigériane expulsée d’un avion à cause de sa  »mauvaise odeur »

Une Nigériane expulsée d’un avion à cause de sa »mauvaise odeur »

Une Nigériane a intenté un procès contre United Airlines, estimant que la compag...

Elle accepte de se faire violer pour sauver la vie de son époux

Elle accepte de se faire violer pour sauver la vie de son époux

Le pasteur ghanéen, Nicholas Duncan-Williams a raconté une histoire déchirante d...

Il refuse d’accorder de l’intimité à son colocataire, et publie les photos sur Facebook

Il refuse d’accorder de l’intimité à son colocataire, et publie les photos sur Facebook

Un jeune homme sud-africain est devenu populaire sur la toile pour une raison tr...

Gambie : l'ex-président Jammeh mis en cause dans le meurtre de dizaines de migrants

Gambie : l'ex-président Jammeh mis en cause dans le meurtre de dizaines de migrants

Plus de cinquante migrants originaires du Ghana et d’autres pays d’Afrique de l’...

Afrique du Sud : le violeur en série condamné à plus de 254 ans de prison

Afrique du Sud : le violeur en série condamné à plus de 254 ans de prison

Reconnu coupable de plusieurs cas de viols et de violences graves, un Sud-Africa...

Jérusalem/Gaza : réunion "extraordinaire" au Caire des ministres arabes des Affaires étrangères

Jérusalem/Gaza : réunion "extraordinaire" au Caire des ministres arabes des Affaires étrangères

Les ministres arabes des Affaires étrangères tiennent jeudi au Caire une réunion...

Un homme d’affaire ougandais porte plaine exigeant une indemnisation pour des dommage causés par des souris

Un homme d’affaire ougandais porte plaine exigeant une indemnisation pour des dommage causés par des souris

Un Ougandais a fait un cirque au poste de police central de Kotido, alors qu’il...

Après un seul rendez-vous, la femme lui envoie 65.000 SMS !

Après un seul rendez-vous, la femme lui envoie 65.000 SMS !

Vous allez à un premier rendez-vous, les choses se passent bien, vous n’avez qu’...

Ouganda : la taxe sur la Bible et le Coran agace les religieux

Ouganda : la taxe sur la Bible et le Coran agace les religieux

Le gouvernement vient de rétablir la taxe sur l’importation des documents religi...

Cameroun anglophone : l'armée admet des violences contre un séparatiste

Cameroun anglophone : l'armée admet des violences contre un séparatiste

Des militaires camerounais ont “malmené et ligoté” un présumé leader séparatiste...

Algérie : 2e événement public pour le président Bouteflika en un mois

Algérie : 2e événement public pour le président Bouteflika en un mois

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a fait une nouvelle apparition publiq...

RDC : la liste des partis politiques fait débat

RDC : la liste des partis politiques fait débat

En République démocratique du Congo 599 partis politiques et 77 groupements poli...